Photographie et intelligence émotionnelle

Mathieu Py / Photo Vidéo / / 0 Commentaire
Portrait Elodie à Nice

L’intelligence émotionnelle, c’est la capacité à sentir, voir comprendre les émotions, en commençant par celles qui nous sont propres. Cela fait des années que ce concept est connu. Certaines études tendent même à montrer que les indicateurs de bien-être sont supérieurs chez les personnes à haut quotient émotionnel comparativement à celles à haut quotient intellectuel.

temps de lecture 2’30

“A trop vouloir analyser, on tue l’émotion.” Jean-Loup Sieff

Nous avons tous comme objectifs d’être heureux. Pour ma part, je me méfie de ce mot, je préfère l’idée d’être aligné avec ce qui nous entoure, mais c’est à peu près pareil. Pour en arriver là, il faut commencer par avoir une connaissance de soi. Si cela vous intéresse, vous pouvez par exemple creuser le processus d’individuation qui est un concept majeur de la psychologie analytique. Sans aller jusque là, entendre ses émotions est une première étape. Les comprendre est une autre affaire. Appréhender les émotions des autres aussi.

Décortiquer une photo ?

Pourquoi est-ce qu’on vous parle souvent de photographie avec des aspects techniques et le décorticage d’un cliché unique ? Quel intérêt d’avoir un regard purement rationnel et analytique sur une image, alors que justement la photographie peut vous plonger dans une émotion profonde en un cliché et que la question est peut-être là ? Je trouve ça dangereux, de s’écarter de cette émotion. N’avoir qu’un regard analytique, c’est souvent corrélé avec un effet de mode, un besoin pour la communication par exemple de plaire dans la tendance actuelle sur Instagram. Même si c’est légitime et que vous pouvez le faire pour gagner votre vie, c’est pour ça que vous faîtes de la photo ? C’est votre raison profonde ?

Prenez un instant et repensez aux images qui vous ont ému. Certaines vous ont fait sourire, d’autres vous ont surpris et invité à vous questionner, à pousser votre imaginaire plus loin, ou à réfléchir à un sujet plus profond. C’est la personnalité du photographe que vous rencontrez. Ne dit-on pas que dans une photo, le photographe fait toujours partie des sujets présentés ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Mother and child looking at mother and child.

Une publication partagée par Louisiana Museum of Modern Art (@louisianamuseum) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

From his series “ Desert Spirit”, photo by Philippe Chancel#philippechancel (www.philippechancel.com)

Une publication partagée par Valérie Timmermans (@valtimmermans) le

Mon expérience

Je fais beaucoup de portrait. Dans ce domaine peut-être, la question de l’intelligence émotionnelle est plus sensible. Par exemple, lorsque je rencontre une personne que je vais photographier, je sens tout de suite si cette personne a des barrières psychologiques, émotionnelles, et si elle se sent un peu forcée d’être là. Alors, il faut que je discute sans appareil photo, pour la cerner un peu et proposer un lieu, des conditions qui la rassureront. Si au contraire je suis face à quelqu’un d’un peu pressé, directif, qui pense au cliché et ne s’intéresse pas à tout ce que cela peut impliquer, alors il faut que je me force à être directif pour me synchroniser avec lui mais aussi ne pas me laisser emporter par son émotion.

Ca va loin, il m’est arrivé de me promener 2h durant avec quelqu’un avant de déclencher la première image. C’est une personne qui voulait être en sécurité, je me suis sincèrement intéressé à elle et me suis ouvert à elle dans la discussion. Nous avons fini dans un lieu désert, sans autre regard. Elle n’osait pas regarder l’appareil photo et au lieu de la forcer j’en ai fait l’un des éléments qui figuraient qui elle est.

Comment faire ?

Prenez le temps. Même si votre sujet est pressé, prenez le temps de l’écoute, posez des questions et rebondissez sur qui est la personne. D’où vient-elle, qu’aime-t-elle faire de ses week-ends ? Est-ce qu’elle a des préférences en photo ? Vous aurez autant d’indices verbaux et non verbaux sur qui elle est. Chacune de vos réactions sera importante, et c’est là que vous ne devez pas jouer la comédie mais être vous-même. Sachez quels sont vos traits de personnalité pour être détendu, comment vous réagissez face à différentes situations humaines et quelle image vous renvoyez de vous-même. Je sais que c’est facile à dire mais essayez au moins un minimum, tout cela vous garantira une communication interpersonnelle plus détendue.

Quand vous allez prendre une photo, chacun de vos mouvements est important. Sur un portrait, commencez par une certaine distance, et ne vous rapprochez que petit à petit. Vous pourrez ensuite bouger à nouveau, mais il est important de sentir aussi quelle est la zone de sécurité à ne pas franchir. Nous en avons tous une, il faut cerner celle de l’autre. Si vous vous déplacez trop vite, cela est perçu comme une forme d’agressivité. De la douceur, de la légèreté sont apaisants pour le sujet mais aussi pour vous.

Continuez à discuter en prenant les images. Et soyez conscients de ce que vous dîtes, ne faîtes pas une discussion de comptoir par politesse, soyez doux encore, posez des questions et éventuellement parlez de ce que vous êtes en train de faire.

Ne pas y passer des heures

Tous mes conseils peuvent conduire à passer trop de temps. Nous ne sommes pas là pour faire de la thérapie par la photo et le portrait, même si pour certains cela est utile. Entraînez vous le plus possible pour avoir des réflexes pour vos portraits. Chercher un fond, repérer une lumière, tester différentes distances et différents cadrages, régler votre appareil, tout cela doit devenir un ensemble de semi-automatismes afin de vous concentrer sur une chose : l’échange humain. C’est la condition sine qua non d’un portrait réussi.

Avec ces quelques conseils, vous devriez pouvoir décrocher des portraits inattendus, peut-être pas ceux qui déclencheront le plus de like, pas les plus parfaits techniquement, mais ceux qui ont du sens, parlent du sujet, et aussi un peu de vous.